Saturday, April 21, 2018

Mes ailes


My wings

(Text in English and French)






L'albatros
Souvent, pour s'amuser, les hommes d'équipage
Prennent des albatros, vastes oiseaux des mers,
Qui suivent, indolents compagnons de voyage,
Le navire glissant sur les gouffres amers.

A peine les ont-ils déposés sur les planches,
Que ces rois de l'azur, maladroits et honteux,
Laissent piteusement leurs grandes ailes blanches
Comme des avirons traîner à côté d'eux.

Ce voyageur ailé, comme il est gauche et veule !
Lui, naguère si beau, qu'il est comique et laid !
L'un agace son bec avec un brûle-gueule,
L'autre mime, en boitant, l'infirme qui volait !

Le Poète est semblable au prince des nuées
Qui hante la tempête et se rit de l'archer ;
Exilé sur le sol au milieu des huées,
Ses ailes de géant l'empêchent de marcher.


Albatrosses
Often our sailors, for an hour of fun,
Catch albatrosses on the after breeze
Through which these trail the ship from sun to sun
As it skims down the deep and briny seas.

Scarce have these birds been set upon the poop,
Than, awkward now, they, the sky's emperors,
Piteous and shamed, let their great white wings droop
Beside them like a pair of idle oars.

These wingèd voyagers, how gauche their gait!
Once noble, now how ludicrous to view!
One sailor bums them with his pipe, his mate
Limps, mimicking these cripples who once flew.

Poets are like these lords of sky and cloud,
Who ride the storm and mock the bow's taut strings,
Exiled on earth amid a jeering crowd,
Prisoned and palsied by their giant wings.



Ils trouvent ça drôle…jusqu’au jour où ils se trouvent au milieu de la tempête, ne sachant que faire.
Une tempête s’est abattue sur le temple juif de la franc maçonnerie, édifice immonde se jouant de l’autre comme d’une chose sans âme. S’il est une tempête a laquelle  nous sommes tous conviés, nous les albatros de ce monde, c’est bien celle-ci.

They think it’s funny…. Until the day they find themselves in the middle of a storm, not knowing what to do.
A storm has fall on the Jewish temple of free masonries, vile edifice playing with the others like a thing without a soul. If there is a storm we are all invited to, we the albatrosses of this world, it’s this one.


Mon amour







Carlos Santana










No comments:

Post a Comment